Une recherche à la une (GSRL) : Marc Lebranchu

Le taoïsme, et plus généralement les religions chinoises et les pratiques qui leur sont associées, sont à la fois paradoxalement à la mode, et pourtant peu ou mal connues, souvent parées des atours de l’exotisme. Les hybridations et circulations de ces pratiques entre espace chinois et 0ccident témoignent de rencontres qui nous invitent à redéfinir le rapport à l’altérité religieuse chinoise et aux catégories occidentales du religieux: c’est l’objet des travaux de Marc Lebranchu, docteur associé au GSRL.

 

 

Le taoïsme en Occident

Les approches superficielles ? Non merci. Marc Lebranchu est de ces chercheurs passionnés qui approfondissent, et cherchent à nous donner des clefs d’analyse. Après trente ans de pratique professionnelle, il a pu, dans le cadre de sa recherche doctorale, répondre à une interrogation personnelle, concernant l’intérêt des Occidentaux pour le taoïsme. Soutenue le 21 décembre 2017, sa thèse de doctorat EPHE-PSL nous a fait découvrir “Les fabriques du Taoïsme en Occident. Quatre siècles de représentation et de réception du Taoïsme en France et en Europe”. Un projet de parution en français, en anglais puis en chinois est à l’étude. Observation de terrains divers sur un temps long, radiographie méthodique des corpus disponibles, étude des sources ne suffisent pas à Marc. Etudiant auprès d’un maître taoïste sino-américain depuis un quart de siècle, notre chercheur assimile pratiques psychocorporelles, transmission de rituels, enseignement philosophique. Une expérience singulière en Occident, qui stimule la réflexion croisée. Appuyée sur une perspective historique, l’analyse qu’il développe montre comment l’image du taoïsme en Occident a évolué et de quelle manière elle infuse aujourd’hui les imaginaires occidentaux sur la Chine, au travers de publications grand public, des arts martiaux, de la médecine chinoise. En découle une forme de néo-orientalisme, interrogée désormais en retour par les chercheurs chinois, de plus en plus nombreux à se pencher sur le regard occidental contemporain sur la Chine.

 

 

Sortir de l’ethnocentrisme occidental

Marc Lebranchu, après sa thèse, s’oriente dans deux directions complémentaires. D’abord, l’étude anthropologique fine de l’articulation entre pratiques corporelles, méditatives, martiales, médicales, et la problématique religieuse du salut et de l’au-delà : quels liens entre guérison physique, sotériologie, eschatologie ? Ensuite l’étude contemporaine et comparatiste (sur un axe géographique, linguistique et confessionnel monde anglo-saxon vs francophonie et monde latin), de la diffusion du taoïsme et des pratiques associées aujourd’hui en Occident. Sait-on que depuis 2017, trois associations taoïstes européennes ont été créées, et deux temples édifiés (dont l’un bientôt inauguré en Suisse) ? Ces deux axes de recherche sont reliés par un trait d’union : la souci de sortir de l’ethnocentrisme occidental pour réfléchir à nouveaux frais à nos schèmes de représentation et d’analyse.

 

 

Sept mots clefs

#Chine #Ethnocentrisme #Globalisation #NéoOrientalisme #Occident #Orientalisme #Taoisme

 

 

Liens internet

Page perso GSRL de Marc Lebranchu