Le prochain séminaire des études mongoles et sibériennes aura lieu le mercredi 15 mai de 14h à 16h au Centre des Etudes Mongoles et Sibériennes (54, boulevard Raspail, salle P1-01/B1-10, 1er étage).

 

Nous accueillerons Clément Jacquemoud, post-doctorant au LabEx HASTEC / CéSor (UMR EHESS-CNRS 8216)

 

qui fera une présentation sur le thème :

 

De la chamanesse à la messagère bourkhaniste.
Les pratiques religieuses des femmes altaïennes entre le XIXe et le XXIe siècle

 

 

En République de l’Altaï (Sibérie méridionale, Fédération de Russie),le renouveau religieux postsoviétique est caractérisé par le retour du bourkhanisme, un millénarisme messianique autochtone du début du XXe siècle. Les femmes y sont écartées de toute responsabilité rituelle, mais se voient créditées de fonctions religieuses inédites : elles affirment recevoir des messages d’entités spirituelles, qu’elles notent puis diffusent au sein du mouvement. Cette communication vise à replacer le rôle de ces femmes dans son contexte d’un point de vue holiste, en interrogeant, d’une part, les évolutions de la place des femmes dans le religieux altaïen, d’autre part en mettant en perspective la technique de l’écriture, reflet d’interactions hétérogènes entre autochtones et Russes dans la région depuis le XIXe siècle.

 

– Au CEMS également, nous accueillerons Christopher Atwood le mercredi 29 mai de 14-16h. Professeur à l’Université de Pennsylvanie, spécialiste de l’histoire et de l’anthropologie de la Mongolie, il est l’un des plus brillants spécialistes du domaine.

 

Il donnera une conférence au (en anglais)sur le thème:

 

“Partners in Profit: Empires, Merchants, and Local Governments in the Mongol Empire and Qing Mongolia”

 

Christopher Atwood sera à Paris pendant un mois sur invitation de l’EHESS (séminaire d’Etienne de la Vaissière).

 

 

 

 

Voici les dates de ses autres conférences à l’EHESS :

 

Vendredi 17 mai, 13h-15h: “Population Mobilization in Early Mongol Conquests” EHESS 54 bvd Raspail salle AS1-08, au sous-sol

Vendredi 7 juin, 13h-15h: “The Environmental Geography of Mongol China” EHESS 54 bvd Raspail salle AS1-08

Vendredi 14 juin, 13h-15h: “Empire of Cotton, Empire of the Mongols” EHESS 54 bvd Raspail salle AS1-08

 

 

 

– Enfin, dans le cadre des “Rencontres du CEMS” nous accueillerons Laura Nikolov et Bastian Meiresonne le mardi 28 mai de 17-19h au CEMS au sujet du film “Trace d’une existence”.

 

Bastian Meiresonne, directeur artistique du Festival international des cinémas d’Asie de Vesoul (FICA), retracera en image une histoire du cinéma mongol depuis ses débuts, en s’appuyant sur les recherches menées en 2018, afin d’organiser une rétrospective sur le cinéma mongol, comprenant 16 films inédits en France en VOstFr. La discussion qui suivra cette présentation sera l’occasion de revenir sur les modalités de l’organisation de cette rétrospective et ses perspectives en France, en présence de Laura Nikolov, alors directrice de l’Alliance française de Mongolie et présidente d’Otasie, partenaires du projet.

 

Le film « Traces d’une existence » du réalisateur mongol Jigjidsuren Gombojav sera projeté le lundi 27 mai 2019 dans le cadre du programme “l’INALCO fait son cinéma”, à l’auditorium de l’INALCO, à 18h.

 

 

Voici le descriptif du film:

 

Traces d’une existence (1991)

 

Dans un coin reculé de Mongolie vit Ankhaa, jeune garçon « bâtard »», né du viol de sa mère envoyée à la campagne, par un cadre de la ville. Il a des problèmes d’élocution et vit replié sur lui-même, en évitant son beau-père violent. L’homme ne tolère guère la présence du garçon et va lui mener la vie dure au milieu d’une nature à la beauté sauvage. Jigjidsuren se fait le témoin d’un épisode de l’histoire de la Mongolie communiste. Le mouvement « Ilgeeltiin ezen » est créé à la fin des années 1970 par Tsedenbal Yumjaa, le dirigeant de la République Populaire de Mongolie. Dans le cadre de la politique d’intégration socialiste visant à effacer les différences entre le monde rural et la vie citadine, on déplace des milliers de jeunes citadins vers les campagnes. “Traces d’une existence” dénonce les conséquences parfois désastreuses de cette politique.

 

 

 

 

Nous espérons vous retrouver nombreux!

 

Isabelle Charleux, Grégory Delaplace, Sandrine Ruhlmann & Virginie Vaté