33 (0)1 49 60 40 66

 

 

jeudi 21 mars à de 16h à 18h, salle A, GSRL, 27 rue Paul Bert -94204 Ivry sur Seine

 

 

Le groupe d’étude Genre, religions, laïcités et sécularisation et le groupe d’étude Judaïsmes contemporains du GSRL vous invitent à la conférence de Jessica Roda, anthropologue et ethnomusicologue, professeure adjointe au Center for Jewish Civilization (Georgetown University, Washington D.C.) qui travaille sur les questions de genre dans l”orthodoxie juive.

 

La conférence est intitulée :

 

Entre négociations publiques et privées. Genre et sexualité mis à l’épreuve en milieu hassidique nord-américain

 

Martine Cohen sera la discutante.

 

descriptif :

“Le monde hassidique yiddishophone est désormais sur Netflix, dans la presse, ou les médias sociaux, souvent représenté de façon caricaturale, d’autant plus lorsqu’il s’agit des questions de sexualité et de genre. Au-delà de cette représentation de communautés isolées, en marge de la société majoritaire libérale, ces communautés sont en constant dialogue avec la société libérale et technologique. On observe de nombreuses zones de contact qui se construisent et s’alimentent principalement par le biais de relations interpersonnelles, tissées parfois secrètement, discrètement ou publiquement sous le prisme du contact physique et/ou virtuel (cyberespace), ainsi que par le biais de l’Internet. On peut alors s’interroger sur la manière dont les individus négocient ces échanges, et plus largement comment ces zones de contact fonctionnent, s’alimentent et agissent sur les modalités d’appréhender la vie juive ultra-orthodoxe au 21e siècle. En d’autres termes, comme les discours et les lois de la société libérale sur les questions de genre et de sexualité affectent la performance du genre de ces communautés religieuses dictées par une stricte ségrégation des genres?    

Je propose d’examiner cette question à partir de mon terrain au sein du monde hassidique de Montréal et de New York, et plus particulièrement ma recherche auprès de femmes hassidiques qui agissent à titre de leaders politiques, sociales et culturelles. Plus spécifiquement, cette communication nous conduira à nous réinterroger sur les négociations entre espace privé et public à la lumière des médias sociaux (Goffman 1956), et plus largement sur le débat autour de l’orthodoxie en tant que tradition discursive (Asad 1986). “