Séminaire

Nature et modernité politique

à partir du 15 novembre 2018, 17h-19h, École des Hautes Études en Sciences Sociales , 54 boulevard Raspail 75006 Paris, salle A-4-47 (4e étage, salle 447)

 

 

 

Séminaire organisé par Pierre Bonin, professeur d’histoire du droit à l’Ecole de droit de la Sorbonne-Université Paris 1 et Fanny COSANDEY, directrice d’études à l’EHESS.

 

“Dans le prolongement des années précédentes, le séminaire va envisager la place centrale de la nature dans la modernité politique. En effet, le basculement des modes de pensée traditionnels jusqu’à ceux qui prévalent actuellement connait une étape où une nature de plus en plus désenchantée remplace Dieu comme cadre de référence extérieur à l’homme. Et c’est le travail sur la « nature de l’homme » (ses droits, sa conscience…) qui conduit à l’hégémonie du subjectivisme et, socialement, à l’affirmation de l’individu face aux groupes. La place, le rôle et l’utilisation de la nature sont donc la pierre de touche pour évaluer si la modernité se réduit finalement à une dynamique, à un processus de transition, ou si elle peut s’envisager comme un état stable, et en un sens idéal-typique, en ce qu’elle a intégré la transformation, le devenir, dans l’être des choses. C’est dans les mécanismes de substitution que se trouvent à gésir les réponses : comment l’instrumentalisation de contraintes, de réalités ou de lois « naturelles », physiques, et réductibles à la raison géométrique, permet-elle de déjouer l’autorité des anciens textes et de leurs clergés, et de saper les vieilles légitimités, tout en déplaçant suffisamment les configurations pour que les théories accompagnant les transformations sociales et morales ne finissent pas par les bloquer ? Principalement centrée sur la période des XVIe-XVIIIe siècle, dans un dialogue constant entre historiens et juristes, l’analyse ne se privera pas d’ouvrir vers d’autres champs de la recherche.”

 

 

Programme détaillé

 

 

Flyer

 

 

Contact : cosandey@ehess.fr, pierre.bonin@univ-paris1.fr