33 (0)1 49 60 40 66

Post-doctorante affiliée au GSRL

 

Post-doctorante contractuelle au musée du quai Branly (2016-2017)

Sociologue et anthropologue, religions autochtones de Sibérie (chamanisme, bouddhisme)

courriel : Ksenia.pimenova(a)gmail.com

https://quaibranly.academia.edu/KseniaPimenova

 

 

Thèmes de recherche

 

Sociologie et anthropologie du religieux, religions autochtones de Sibérie (Russie), chamanisme, bouddhisme, anthropologie des musées, objets sacrés, restes humains, désécularisation, laïcité

 

 

Bio personnelle

 

Ksenia Pimenova est sociologue et anthropologue du religieux. Ses terrains de recherche sont situés en Sibérie du Sud (Russie), dans les républiques de Touva et d’Altaï. Son doctorat en sociologie, soutenu en 2012 à l’EHESS sous la direction de Danièle Hervieu-Léger, portait sur les transformations institutionnelles, rituelles et identitaires dans le bouddhisme et le chamanisme chez les Touvas après la chute de l’URSS. Croisant les entretiens approfondis et l’observation, la thèse explorait les connexions entre le niveau micro des pratiques et des identités de spécialistes rituels d’un côté, et l’instrumentalisation réciproque de l’Etat et des religions, de l’autre, sur fond de discussions sur la continuité et la validité des traditions. Le travail sur l’influence du politique sur le religieux, y compris sur le contenu des rituels chamaniques, a été poursuivi dans le cadre d’un post-doctorat au Center for Religious Studies de l’Université de la Ruhr, en Allemagne (2014-2015).

Lors de son post-doctorat au musée du quai Branly (2016-2017), Ksenia Pimenova a développé un nouveau projet qui porte sur les restes humains archéologiques et leur gestion dans les musées sud-sibériens. Ce projet s’intéresse notamment à l’attribution de pouvoirs hors commun aux restes humains et aux formes émergeantes de pratiques rituelles qui leur sont associées. Il s’inscrit ainsi dans la problématique plus large des rapports entre objets sacrés et institutions culturelles publiques qu’on pourrait penser a priori comme étant religieusement neutres.

Ksenia Pimenova a été éditrice dans la revue à comité de rédaction Laboratorium: Russian Review of Social Research. Elle est auteure d’un film documentaire sur le chamanisme (« Esprits des trois sommets », 56 minutes, CNRS Images, 2016) et membre de la SISR (Société Internationale de Sociologie des Religions) et de la EASA (Association Européenne des Anthropologues Sociaux).

 

Ksenia Pimenova is a sociologist and anthropologist of religion. Her objects of research are located in Southern Siberia (Russia), in the Republic of Tuva and in Altai. Her doctorate in sociology, which she defended in 2012 at EHESS (Paris) under the supervision of Danièle Hervieu-Léger, focused on the transformations of religious institutions, practices and identities in Buddhism and shamanism among the Tuvans after the fall of the USSR. Based on in-depth interviews and observation, the thesis explored the connections between the micro-level of practices and identities of ritual specialists on the one hand, and the reciprocal instrumentalisation of the State and religions on the other, against the background of discussions on the continuity and validity of traditions. The work on the influence of politics on religion, including on the content of shamanic rituals, has been further developed during the postdoctoral fellowship at the Center for Religious Studies at Ruhr-Universität Bochum, Germany (2014-2015).

Her post-doctorate project at the Musée du quai Branly, Paris (2016-2017), develops a new research on archaeological human remains and their “social lives” in South-Siberian museums. It focuses on the attribution of extraordinary powers to human remains and on emerging forms of ritual practices, and it relates to the broader thematic of sacred objects in public cultural institutions.

Ksenia Pimenova has been editor in the peer-reviewed journal Laboratorium: Russian Review of Social Research. She is also the author of a documentary on shamanism, “Spirits of the Three Peaks”, 56 minutes, CNRS Images, 2016 (2017 for the English version) and a member of the International Society for Sociology of Religion and of the European Association of Social Anthropologists.

 

 

Principales publications

 

Articles dans les revues à comité de lecture (en français et en anglais)

 

2017    « Traditions et emprunts dans un miroir chamanique. Réflexions autour d’un nouveau rituel touva », Ethnographiques.org, 33 (numéro thématique « Retour aux rituels ») : http://www.ethnographiques.org/2016/Pimenova

 

2013    « The ‘Vertical of Shamanic Power’. The Use of Political Discourse in Post-Soviet Tuvan Shamanism », Laboratorium : Russian Review of Social Research, n° 1. Pp. 118-140. Texte intégral : http://soclabo.org/index.php/laboratorium/article/view/63

 

2013    « Lorsque les esprits voyagent : les échanges entre le chamanisme touva et le core shamanism dans la Russie post-soviétique », Civilisations, n° 61 (2). Pp. 89-105.

 

2008    « Lieux sacrés de la vallée du Haut Iškin (Touva) : traditions orales et pratiques rituelles », Etudes Mongoles, Sibériennes, Centrasiatiques et Tibétaines (EMSCAT), n° 38-39 (« Une Russie plurielle: confins et profondeurs »). Pp. 197-223. Résumé en ligne : http://emscat.revues.org/1161

 

2005    « Formes recomposées de traditions et d’innovations dans le bouddhisme Karma Kagyü : le cas du centre de Moscou », Slavica Occitania, n° 21 (« Présence du bouddhisme en Russie »). Pp. 415-434.

 

 

Contributions à des ouvrages collectifs

 

2017 « Un paradis à reconquérir : critique sociale et utopie traditionnaliste dans les discours sur la « Princesse altaïenne », in D. Samson Normand de Chambourg et D. Savelli (éd.). La Sibérie comme paradis. Paris, Éditions PETRA, coll. « Les orients russes ».

 

2013    « Attirer les faveurs, apaiser la colère. Les deux visages de l’esprit-maître du lieu dans la tradition orale et la pratique rituelle touva », in K. Buffetrille, J.-L. Lambert, N. Luca et A. de Sales (éds.). De l’anthropologie du chamanisme vers une anthropologie du croire. Hommage à l’œuvre de Roberte Hamayon. Paris, Ecole Pratique des Hautes Etudes. Pp. 515-538.

 

2012    « Y rester ou en sortir ? Le réseau professionnel dans le renouveau post-soviétique du chamanisme à Touva », in A. Ducloux, S. Gorshenina et A. Jarry-Omarova (éds.). Anthropologie des réseaux en Asie centrale. Paris, CNRS Editions, coll. « Etudes IMASIE-Pacifique ». Pp. 115-136.

 

2011    « Construction d’un discours sur soi : hérédité et élection spirituelle chez les chamanes dans le Touva post-soviétique », in B. Pétric, E. Filippova (éds.). Panorama de l’anthropologie russe contemporaine. Paris, L’Harmattan. Pp. 191-214.

 

2009    « The emergence of a new social identity: trajectories and life stories of post-soviet shamans in the Republic of Tuva », in H. Beach, D. Funk, L. Sillanpää (eds.). Post-Soviet Transformations. Politics of Ethnicity and Resource Use in Russia. Uppsala Universitet. Pp. 161-185.